Une domination signée Jean Pascal

Montréal | Jean Pascal a livré un combat sans faille contre l’ex-champion IBF Lucian Bute, samedi soir au Centre Bell, avant de l’emporter par décision unanime 117-110, 117-111 et 116-112.

« Dans un combat, il y a un dominant et un dominé; j’ai décidé d’être le dominant. Ce soir, c’était l’une de mes plus belles performances  », a exprimé Jean Pascal, après le combat.

Plus de 20 000 personnes ont assisté à une leçon de boxe de la part de Jean Pascal. Le Lavallois a complètement dominé le roumain d’origine du début jusqu’au onzième round. Tout comme face à Denis Grachev, Lucian Bute a ouvert la machine au douzième round. À quelques reprises, l’ex-champion des mi-lourds WBC s’est retrouvé dans les câbles sans toutefois réussir à terminer le travail.

Après un douzième round des plus excitants, Jean Pascal a été déclaré vainqueur via décision unanime (117-110, 117-111 et 116-112). En conférence de presse, l’entraineur de Lucian Bute a été incisif: «Tu ne peux pas penser gagner un combat avec un seul bras», s’est contenté de dire Stéphan Larouche.

« Mon hésitation m’a couté le combat », a ajouté Bute.

Bute prouve qu’il a du cœur

Personne au monde ne peut remettre en doute le cœur de Lucian Bute. «J’ai reçu des coups et je ne suis pas tombé, donc c’est à vous (les journalistes) de juger si j’ai un menton ou non», a expliqué Lucian Bute.

Même l’homme de coin de Jean Pascal, Russ Anber, a salué le courage du roumain. «Bute a démontré qu’il avait du cœur et qu’il avait des couilles», a lancé Russ Anber.

Une foule bipolaire…

Stéphan Larouche l’avait prédit et c’est ce qu’il est arrivé. Le public montréalais est comme une prostituée. Quand Lucian Bute touchait la cible, les quelque 21 000 partisans criaient «Bute! Bute! Bute!» et lorsque Pascal touchait la cible, c’était la même chose qui se produisait.

Pascal-Bute II ?fd

Avec la performance de Lucian Bute au douzième round, c’est à ce demander si un combat revanche est réellement nécessaire. «Je suis déçu de ma performance, je sais que je suis capable de le battre et je veux une revanche», s’est exprimé Bute.

Takam-Perez : Nul dans les deux sens

La demi-finale était assurée par les poids lourds Carlos Takam et Mike Perez. Le combat s’est soldé par un verdict nul (96-94, 95-95 et 95-95). Ce n’est pas seulement la décision qui a été nulle, mais le combat, lui aussi, l’a été.   

Gardiner mène la vie dure à Alvarez

Lors du dernier combat de la sous-carte, Eleider Alvarez (14-0, 8 K-O), a gagné d’une décision unanime contre l’Ottavien Andy Gardiner (10-1, 6 K-O) par le pointage de 99-91, 96-93 et 97-93.

Tout au long de la semaine, Alvarez a rappelé que Gardiner n’appartenait pas à la même classe de boxeurs. Toutefois, l’Ontarien a mené la vie dure au Colombien d’origine.

À la fin du combat, Alvarez a littéralement manqué de respect à son adversaire, refusant de lui serrer la main. C’est à ce moment que les quelque 18 000 spectateurs ont tous hués le protégé du Groupe Yvon Michel (GYM).