Un entraîneur comblé

Marc Ramsay

Marc Ramsay

Entrevue avec Marc Ramsay

Par Jeff Emond Jeffrey

Il était facile de lire la fierté sur le visage de Marc Ramsay suite à la victoire de David Lemieux ( 34-2-0, 31 ko’s ) , son nouveau champion du monde. Après des semaines intense de travail, Ramsay et son équipe ont menées Lemieux à son premier titre majeur en carrière. Certains doutaient des chances de David de soutirer la victoire contre un guerrier accompli comme Hassan N’Dam N’Jikam ( 31-2-0, 18 ko’s ) . Ce ne fut pas le cas de Ramsay.

The Main Fight eut l’opportunité de s’entretenir avec Marc Ramsay quelques instants après la couronnement de David en tant que champion du monde de l’IBF des Moyens.


Jeff Emond Jeffrey :
Qu’a tu as ressenti au moment de la victoire de David?

Marc Ramsay : Un grand sentiment de satisfaction. On a tellement travaillé pour se rendre au titre. David s’est beaucoup donné au gymnase, il réalisait l’importance de l’enjeu et a géré cette situation avec maturité. Nous avons amélioré son habilité à couper le ring et placer la droite au corps avant de remonter avec son crochet de gauche à la tête. Le but était de créer des ouvertures dans l’excellente défensive de son rival samedi.

JEJ : Les gens ont on pu apercevoir un David Lemieux constant et beaucoup plus patient qu’il y a quelques années déjà. Durant le combat, spécialement suite au premier knockdown, étais-tu concerné par le possibilité que David retombe dans ses veilles habitudes de tout donné pour terminer son adversaire rapidement?

MR : Oui. Mais dans ce cas, il s’agissait d’arriver à la calmer et de lui faire comprendre que nous avions douze rounds à compléter contre N’Dam qui est très coriace, comme on a pu le voir face à Peter Quillin et d’autres boxeurs. David est un homme maintenant, il n’est plus un adolescent. Physiquement, il est arrivé à son plein potentiel. En deuxième lieu, son préparateur physique Yari Khoulisov a fait un travail extraordinaire avec lui. Il possède à présent l’habilité de faire un combat de douze rounds sans diminuer son rythme, ce qui est vraiment encourageant. Il écoute les conseils qu’on lui donne et en a reçu quelques-uns de Oscar De La Hoya et Bernard Hopkins.

Quand il venu me voir après sa défaite contre Marco Antonio Rubio, David a accepté de modifier certains aspects, comme sa capacité à gérer son énergie dans le ring. De plus, il n’était plus le roi du gym, car pratiquer plusieurs rounds de sparring avec Jean Pascal forge le caractère. Lemieux n’arrive pas à passer le knockout à Jean en sparring. Donc, il a gagné beaucoup en expérience dans un nouvel environnement.

JEJ : Quel est la suite pour David? Le champion de la WBO et gaucher, Andy Lee, celui de la WBA, GGG, Miguel Angel Cotto pour la WBC ou Saul Alvarez?

MR : Ce sont tous des combats payants et intéressants. David pourrait aussi effectuer une défense optionnelle, mais je dois avouer que Cotto est celui que je préfère. David a le style pour battre Cotto et unifier les titres WBC et IBF. Ce n’est que le début.