Mon espoir pour la division reine

Anthony Joshua

Anthony Joshua

Par Jeff Emond Jeffrey

Ce texte sera certainement plus personnel que mes précédents. Il représente la raison même pourquoi je suis devenu un fanatique de boxe comme la plupart d’entre vous. Au moment de ma naissance, Muhammad Ali et Larry Holmes étaient les champions du monde des Lourds, deux légendes qui captivèrent mon imaginaire.

J’ai été témoin de la domination et la chute de Mike Tyson, de la bravoure et la résilience d’Evander Holyfield, de la persévérance de Lennox Lewis et la venue du premier champion des Lourds gaucher de l’histoire Micheal Moorer. J’ai appris qu’il n’était jamais trop tard d’entreprendre des projets en regardant George Foreman revenir au sommet en 1994 à l’âge de 45 ans. Sans oublier que j’ai eu la chance d’observer de nombreux talents tels que Bruce Seldon, Riddick Bowe, Ike Ibeabuchi, Tommy Morrison, Oliver McCall, Ray Mercer, Corrie Sanders, Donavan Razor Ruddock et plusieurs autres. À ce moment, je croyais que la magie de cette division ne s’éteindrait jamais. Comment pouvait-il en être autrement ? Chaque époque avaient ses titans pour maintenir l’intérêt des fans. Depuis John E.Sullivan se poursuivant avec Jack Johnson, Jack Dempsey, Joe Louis, Rocky Marciano et au-delà.

Muhammad Ali

Muhammad Ali

La santé du noble art dépendait en majeure partie de la catégorie des poids Lourds. On disait même l’expression suivante : Ainsi va la division des Lourds, ainsi va la boxe. Cependant, le millieu des années 2000 marqua un changement important qui ébranla cette devise. L’avénement des frères Klitschko, Wladimir et Vitali et l’émergence des athlètes de l’ex-Union soviétique tels que Nikolay Valuev, Oleg Maskaev, Sergei Lyakhovich signifia que les Américains perdirent le contrôle de la catégorie des Lourds. Au cours de l’année 2007, tous les champions venaient de l’ancien bloc de l’est, mise à part la brève interlude de Shannon Briggs. Les réseaux Showtime et HBO n’ont pas apprécié, de même que les fans et chroniqueurs de boxe aux États-Unis. Non pas que les athlètes de cette époque étaient dépourvues de talents, mais le manque de compétition et d’exposition médiatique manqua cruellement à la catégorie des Lourds. Par ailleurs, la longétivité de règne de Wladimir Klitschko aurait été de courte durée s’il s’était retrouvé dans les années 2000 en descendant.

Mike Tyson

Mike Tyson

En effet, la façon trop conservatrice de boxer, le manque de risque, de compétition et de dédication de la part d’un bon nombre de poids Lourds de nos jours ont mené à ce manque d’intérêt. Je pense à Wladimir concernant la retenue constante de ses adversaires, surtout dans son combat très anticipé et finalement plus que décevant contre Alexander Povetkin. Pour une raison similaire, je n’arrive pas à oublier John Ruiz.

Avec le retour de l’excitant David Haye dans l’univers des Lourds et la présence d’athlètes tels que le volubile et controversé Tyson Fury, Ruslan Chagaev, Luis Ortiz et Deontay Wilder, une étoile montante à attiré mon attention récemment. Bien entendu, il s’agit du talentueux Britannique Anthony Joshua, nouvellement champion de l’IBF et médaillé d’or en 2012. Plusieurs médaillés olympique ont connu des carrières enviables dans cette division ; Muhammad Ali, Floyd Patterson, Ingemar Johansson, George Foreman, Riddick Bowe, Evander Holyfield, Wladimir Klitschko, Lennox Lewis, Michael et Leon Spinks en autres. Joshua saura ramener les fans vers cette division jadis prestigieuse. Peut-être Joshua sera LE poids Lourds comme Mike Tyson à su nettoyer la division à son époque.