”Mon but est de lui faire mal !” – David Théroux

David Théroux en compagnie de Pierre Bouchard et Stéphane Larouche

David Théroux en compagnie de Pierre Bouchard et Stéphane Larouche


Entrevue avec David Théroux

Par Jeff Emond Jeffrey

Le 14 mars prochain, l’idole de Sorel-Tracy aura à nouveau l’occasion de briller en sous-carte de Pascal-Kovalev, la plus prestigieuse carte de boxe depuis que Roberto Duran affronta Sugar Ray Leonard en 1980. Conscient de l’ampleur de l’événement, David Théroux ( 5-0-0, 3 ko’s ) promet d’abattre Lukasz Janik ( 13-9-1, 7 ko’s ) avec intensité et revenir fin prêt devant sa légion d’admirateurs le 17 avril dans sa ville natale de Sorel-Tracy.

The Main Fight eut l’opportunité de s’entretenir avec le médaillé d’or aux jeux du Canada en 2011 au sujet de son prochain combat.


Jeff Emond Jeffrey :
Bonjour David! Comment progresse ton entraînement en vue du 14 mars?

David Théroux : L’entraînement va très bien. Je vais affronter un boxeur vraiment solide en Lukasz Janik. Dans ce cas s’y, il ne faut pas se fier à sa fiche, Janik n’a été arrêté que deux fois dans sa carrière, contre Jussi Koivula et Jo Jo Dan.

JEJ : Quelle sera ta stratégie pour stopper un tel adversaire?

DT : Mon but est de lui faire mal. Je dois tout de même me méfier car Janik cogne durement. Je suis certain que je pourrais gagner ce combat aux points, mais c’est un défi de plus de l’arrêter. Pour ça, je vais alterner rapidement à la tête et au corps, tout en commençant par le boxer à distance. Étant donné que c’est un boxeur qui encaisse très bien à la tête, je suis confiant que j’obtiendrais la victoire par arrêt de l’arbitre en le frappant au corps. Il faut que je persiste à affronter des gars qui ont beaucoup d’expériences si je veux me rendre au sommet.

JEJ : Ressens-tu de la pression à l’idée de performer sur une carte aussi grandiose?

DT : C’est un peu plus de pression, mais dans le bon sens. Me battre le soir du 14 mars va m’apporter une bonne visibilité, donc c’est vraiment positif pour ma carrière. C’est également dans ces moments que je performe le mieux. Mon entraîneur Pierre Bouchard m’a bien préparé pour cette date importante.

JEJ : Crois-tu devoir donner d’avantage aux amateurs de boxe, considérant l’ampleur de l’événement?

DT : Faire mal à mon adversaire et lui passer le knockout spectaculairement sera ma contribution à la soirée. Je veux que les fans s’amusent et en parlent. À chaque combat, je veux en faire un peu plus pour les fans. Je vise une victoire fulgurante.

JEJ : Les gens suivent ta carrière avec passion, spécialement ceux de ta ville natale qui seront certainement nombreux le mois prochain à Montréal. Tes impressions?

DT : Je suis fière d’être un Sorelois et que les gens de ma ville m’appuient dans mes démarches depuis ma carrière chez les amateurs. Ils sont tellement enthousiastes! C’est une fierté pour moi de ramener des galas de boxe à Sorel-Tracy, notamment celui du 17 avril prochain. Toutefois, je me dois de demeurer concentrer sur Lukasz Janik.