Le moment est parfait pour Artur Beterbiev! – Marc Ramsay

Marc Ramsay et Artur Beterbiev

Par Jeff Emond Jeffrey

Lors de la dernière conférence de presse de GYM, l’entraîneur d’Artur Beterbiev, Marc Ramsay nous fit part de ses impressions sur le test le plus important de la carrière de son protégé. En effet, Beterbiev devra prouver sa valeur contre l’ancien champion des Mi-Lourds de l’IBF, Tavoris”Thunder”Cloud.

La réputation de Marc Ramsay n’est plus à faire. Après avoir entraîné des athlètes tels que Jean Pascal, David Lemieux, Antonin Décarie et plusieurs autres, Ramsay mène à la bataille un boxeur ayant peu d’expérience professionnel, mais une excellente carrière amateur et aussi la détermination d’un lion.

The Main Fight : Bonjour Marc! Comment vas-tu?

Marc Ramsay : Très bien. Nous sommes toujours en préparation en vue du 27 septembre.

TMF : Récemment, Vasyl Lomachenko ( 2-1-0, 1 ko ) mit la main sur un titre majeur avec peu d’expérience chez les pros, mais beaucoup chez les amateurs, dont deux médailles d’or olympiques et 396 victoires et une seule défaite.

En 1978, Leon Spinks réussit un exploit similaire contre le légendaire Muhammad Ali avec seulement six victoires et un verdict nul chez les professionnels. Toutefois, Spinks remporta une médaille d’or à Montréal en 1976 et termina sa carrière amateur avec 178 victoires et 7 défaites.

Est-ce que ces exploits vous ont motivés à accepter un tel défi?

MR : Je vais t’avouer que je ne suis un fan cette presse. IL ne s’agit pas d’être pressé dans ce cas. J’entre dans ce défi car je suis confortable avec mon boxeur, que je sais qu’il est prêt pour ce genre de combat. Je me fis à ce que je vois au gymnase, la façon que je mesure ses habilités et sa force.

TMF : La question qui brûle les lèvres de plusieurs; Beterbiev est-il prêt?

MR : Il est prêt. IL ne s’agit pas juste de dire qu’il a 5 combats et on va tenter quelque chose d’historique, non pas du tout. Dans le cas de Lomachenko, je trouvais qu’un combat de championnat du monde à son tout premier chez les professionnels, c’était trop rapide.

Tout ce qu’un boxeur pouvait amener à un jeune qui sort des rangs amateurs, Orlando Salido l’apportait, ce qui a nuit à l’Ukrainien. On parle de retenir sans enfreindre les règlements, les petits coups de coude et tout les autres détails. Lomachenko se basait beaucoup sur les habilités et non la force physique.

Comme je disais, je ne suis pas fan d’y aller rapidement dans une carrière de boxe. J’aime quand j’ai une bonne analyse et que je suis persuadé qu’on peut gagner un combat. C’est la cas en ce moment avec Artur. Il a toute une force physique.

TMF : L’habilité d’encaisser des coups provenant d’un solide cogneur comme Cloud n’a jamais été testée chez Artur. Craignez-vous une mauvaise réaction de sa part quand cela va se produire?

MR : Cloud va se faire frapper en retour, voilà ce qui va se produire. C’est vrai que les fans ne l’ont pas vue prendre des coups. Mais on le suit depuis très longtemps et on l’a observé lorsqu’il échangeait avec des boxeurs de l’élite amateur comme Oleksandr Usyk et Sergey Kovalev.

Du point de vue professionnel, Beterbiev est à l’aise avec des boxeurs tels que Jean Pascal dans ses sessions de sparing. Artur réagit bien à ce type d’entraînement.

TMF : Quels sont tes impressions sur Tavoris Cloud?

MR : Je pense que Beterbiev est plus complet qu’un gars comme Cloud. Je le trouve un peu unidimensionnel en tentant continuellement sa main droite arrière. Il demeure excessivement dangereux et agressif. Nous allons arriver à la sortir de sa zone de confort et vous allez voir comment le 27 septembre.

TMF : Merci Marc.

MR : C’est un plaisir.