L’aube de la boxe féminine

Marie-Ève Dicaire

Marie-Ève Dicaire

Entrevue avec Marie-Ève Dicaire

Par Jeff Emond Jeffrey

C’est le vendredi 20 novembre au Colisée Cardin de Sorel-Tracy que Marie-Ève Dicaire effectuera ses débuts professionnels en sous-carte de David Théroux vs Francesco Cotroni. Inspirante et charismatique, Dicaire souhaite définitivement lancer la boxe féminine au pays et même au-delà. La jeune guerrière de Terrebonne se mesurera à Christina Barry ( 0-1-0), une ancienne combattante des arts martiaux mixtes.

The Main Fight eut l’opportunité de s’entretenir avec Marie-Ève en vue de son combat contre Barry le 20 novembre.

Jeff Emond Jeffrey : Bonjour Marie-Ève. Comment as-tu vécue ta première conférence de presse?

Marie-Ève Dicaire : Super bien. La réponse a vraiment été favorable en constatant que les gens ont hâte de revoir de la boxe à Sorel-Tracy. Je suis contente que le volet féminin attire les fans.

JEJ : Quelle est la différence entre un entraînement pour un combat de boxe amateur et professionnel?

MD : Le camp d’entraînement est un peu plus intense et structuré. Avec mon équipe, on se prépare depuis juin à ce défi. Le changement se fera quelque peu au niveau stratégique car les règlements diffèrent du volet amateur quoique je maîtrise déjà un style qui s’apparente à la boxe professionnelle.

JEJ : Quel groupe s’occupera de la promotion de tes combats?

MD : Je commence avec Stéphane Larouche et Pierre Bouchard de Boxe Montréal. Cependant, je n’ai pas encore d’entente à long terme avec personne. Nous allons voir comment tout va se dérouler pour le combat du 20 novembre et quelle porte s’ouvrira à nous suite au résultat. C’est aussi une façon de tester le marché de la boxe féminine afin de le développer davantage.

JEJ : Conserveras-tu le même équipe avec ton passage chez les professionnels?

MD : Absolument. Cependant, Samuel Décarie-Drolet s’ajoute à mon équipe pour donner un coup de main à mon entraîneur Stéphane Harnois. Samuel possède une grande capacité d’analyse et son expérience avec Marc Ramsay fait de lui un atout non-négligeable. Les habilités stratégiques de Samuel m’aideront beaucoup dans le ring.

JEJ : Que sais-tu de ton adversaire Christina Barry?

MD : Elle a deux combats d’arts martiaux mixtes à son actif et un combat de boxe professionnel. Elle n’est donc pas étrangère au ring. Je suis prête à tout. J’ai complété 68 rounds de sparring avec certains des meilleurs athlètes au pays, tels que Kaitlyn Clark, Heather Hardy, Caroline Veyre, Martine Vallières et Kevin Simard.

JEJ : Quelle est la réaction des femmes en général à l’approche de ton duel?

MD : Les filles que j’ai côtoyées dernièrement boxent déjà. Elles sont vraiment contentes…qu’une athlète pousse le développement de la boxe féminine. Beaucoup d’entre elles vont assister au combat afin de m’encourager. Mon but est de briser les stéréotypes concernant les femmes et la boxe. Mais au-delà de cela, je veux que les gens sachent que les boxeurs et boxeuses ne viennent pas nécessairement de la rue et que nous pouvons être logiques et sensés.

JEJ : Ressens-tu de la nervosité à l’approche de ton saut chez les pros?

MD : Je dirais que je suis fébrile. J’ai hâte de monter dans le ring car je sais que ma préparation est adéquate, que ce soit au niveau boxe, nutritionnel et physique. Je suis fin prête pour le 20 novembre.