« Je vais passer le knockout à Sébastien Bouchard » – Steven Butler

Steven''Bang Bang''Butler Steven”Bang Bang”Butler[/caption]

Entrevue avec Steven Butler

Par Jeff Emond Jeffrey

Le futur est à nos portes! C’est dans cette optique que Steven Butler ( 11-0-0, 9 ko’s ) représente l’un des espoirs de la relève québécoise en matière de boxe. Rapide, puissant et consistant, celui que l’on surnomme ”Bang Bang” cherche à marquer à son tour le noble art. Dû à son physique, beaucoup le comparent au légendaire Thomas ”The Hitman” Hearns. Depuis quelques temps, Butler nargue Sébastien ”Boutch” Bouchard pour un éventuel duel. Suite à son éclatante victoire contre Krisztian Santa à Sorel-Tracy, Steven se lance en mode conquête.

J’ai récemment eu l’opportunité de discuter avec Steven Butler sur sa carrière et ses futurs projets.

Jeff Emond Jeffrey : Bonjour Steven! Comment vas-tu?

Steven Butler : Très bien, merci!

JEJ : Il n’y pas si longtemps, tu as lancé un défi à Sébastien Bouchard pour un combat en sous-carte de David Lemieux – Hassan N’Dam N’Jikam pour juin. Quels sont les derniers développements?

SB : Je vais sûrement remonter dans le ring avant juin. Mon gérant, mon promoteur Camille Estephan a envoyé une offre au clan Bouchard pour un combat pour le gala Lemieux-N’Jikam. J’en suis très content.

JEJ : Que penses-tu de Sébastien Bouchard?

SB : Je le respecte beaucoup et il possède une vaste expérience. Par contre, je ne le vois pas comme un adversaire dangereux, mais je le prend tout de même au sérieux. Je réalise également que ce sera mon rival le plus solide de ma carrière. J’ai besoin de ce combat pour accumuler des rounds. J’ai une bonne force de frappe, alors je vais sûrement lui passer le knockout avant la limite.

Rien m’inquiète de Sébastien. Ce n’est pas un cogneur, mais il est tenace, comme il l’a démontré face à Frank Galarza. Je ne le vois aucunement remporter ce duel. Il va tenter de m’épuiser, mais ce sera sans résultat. Tout le monde a un plan de match avant de se faire frapper solidement, comme Mike Tyson le disait.

JEJ : Es-tu satisfait de ta dernière performance contre Krisztian Santa à Sorel-Tracy?

SB : J’étais ému au départ, car je dédiais ce combat à mon ami Cizzi Negsoucob qui est décédé depuis peu. Ça m’a un peu déconcentré et j’ai encaissé deux jabs et une main droite à cet effet. Mais je suis vite revenu pour l’abattre au premier round. J’ai constamment pratiqué mon crochet de gauche au corps avec mon entraîneur et le résultat était satisfaisant.

JEJ : Un certain nombre de personnes te comparent à Tommy Hearns à cause de ton physique et ta puissance. Tes impressions?

SB : Oui, on me le dit souvent, incluant mon entraîneur Rénald Boisvert. Dû à nos grands bras, nos styles se ressemblent. Je pense être unique en mon genre, même si l’on possède des points en communs.

JEJ : Qui est ton boxeur préféré?

SB : Floyd Mayweather Jr et Andre Ward. Tous deux sont extrêmement brillant dans le ring. Je m’inspire d’eux pour user de mon intelligence dans les situations problématiques.

JEJ : D’où vient ton intérêt pour la boxe?

SB : Mon grand-père Marshall Butler ( 25-5-0, 15 ko’s ) était boxeur professionnel et m’a inspiré. Avant la boxe, je me battais avec les jeunes de mon âge, donc j’ai débuté peu de temps après à 11 ans. Le rêve de devenir champion du monde est rapidement arrivé. J’ai effectué mes débuts dans les rangs amateurs avec seulement un mois d’expérience au gym. À mon deuxième combat, j’ai envoyé mon adversaire au sol à deux reprises.

JEJ : Que peux-tu nous dire sur ta carrière chez les amateurs?

SB : J’ai 51 victoires et 4 défaites, donc plusieurs knockouts. Je suis champion canadien senior et champion québécois senior contre José St-Cyr à 17 ans. J’ai également gagné un tournoi en Pologne.

JEJ : Comment te décris-tu comme boxeur?

SB : C’est un peu différent à chaque combat. Parfois passif, parfois agressif, dépendamment de l’ouverture dans la défensive de mon rival. Les gens me regardent et ne voient pas en moi un boxeur dangereux, pourtant je le suis. Je sais me servir de mon intellect dans le ring.

JEJ : Quelle est l’origine de ton surnom?

SB : C’est Camille Estephan qui me l’a donné.

JEJ : Comment a débuté ton association avec Eye of the Tiger Management?

SB : Suite au championnat canadien, Mike Moffa m’a contacté pour être le partenaire d’entraînement de Dierry Jean pour son combat contre Lamon Peterson. J’ai également été partenaire contre Antonin Décarie, Ghislain Maduma. Tout s’est tellement bien déroulé que Mike a parlé de moi à Camille et avec l’accord de Rénald vous connaissez la suite!

JEJ : Ta popularité augmente très rapidement Steven. Comment arrives-tu à garder la tête froide?

SB :
Je reste moi-même. Demeurer actif m’a aidé. Je passe beaucoup de temps au gym.

JEJ :
Quelle est ta réaction de constaté que tu boxeras en sous-carte de David Lemieux contre Hassan N’Dam N’Jikam, l’un des événements les plus marquant de l’histoire de la boxe au pays?

SB : Je suis vraiment content, même si rien n’est officiel. Depuis un temps déjà, je provoque de plus en plus Sébastien pour ce combat et je constate que beaucoup de fans de boxe veulent voir cet affrontement. Il existe une forte demande et j’en suis ravi. Ses fans pensent qu’il peut me battre, moi je pense le contraire.

JEJ :
Te sens-tu prêt à compétitionner pour des combats de dix rounds?

SB :
Je travaille déjà dans ce sens. Cependant, cette décision ne relève pas de moi. Donc pour le combat du 19 juin, je ne sais pas encore si ce sera pour huit ou dix rounds ou la possibilité d’un titre en jeu.

JEJ :
Merci Steven et bonne chance.

SB :
C’est un plaisir!