« Je dois patienter pour Kovalev » – Artur Beterbiev

Artur Beterbiev et Jeff Emond Jeffrey

Artur Beterbiev et Jeff Emond Jeffrey

Entrevue avec Artur Beterbiev

Par Jeff Emond Jeffrey

C’est en vue de son combat contre Alexander ”The Great” Johnson ( 16-0-0, 7 ko’s ) à Chicago le 12 juin prochain qu’Artur Beterbiev ( 8-0-0, 8 ko’s ) rencontrait le presse hier à Montréal. Suite à ses victoires foudroyantes sur Tavoris Cloud, Jeff Page Jr et Gabriel Campillo, ce spartiate russe est rapidement devenu une menace pour quiconque dans sa catégorie. Toutefois, Beterbiev se doit de patienter avant d’entrevoir un affrontement face à l’empereur de la division des Mi-Lourds, Sergey Kovalev. Après le désistement de Doudou Ngumbu, la majorité des experts affirment que Johnson ne possède pas les outils nécessaire pour résister bien longtemps à la terrifiante puissance du Rocket Russe.

The Main Fight eut l’opportunité de s’entretenir avec Artur concernant son combat contre Johnson et de ses futurs projets.


Jeff Emond Jeffrey :
Bonjour Artur! Que peux-tu nous dire sur ton duel de vendredi? Beaucoup de gens pensent que Johnson ne te résistera pas très longtemps.

Artur Beterbiev : Je ne suis pas de cet avis. Johnson est un excellent gaucher et il me semble confiant pour avoir accepté ce combat à quelques jours seulement, un bon nombre de pugilistes auraient refusés. Je devais affronter Ngumbu, un boxeur droitier, donc changer pour ce type d’adversaire peu de temps avant le 12 juin apporte un défi supplémentaire pour moi. Ce duel sera pour le titre WBO continental qui me permettra de grimper dans les classements afin d’obtenir ma chance contre Kovalev.

De plus, performer sur Premier Boxing Champions me donne l’occasion de démontrer mon savoir faire à une plus grand audience.

JEJ :
Al Haymon est connu pour offrir des adversaires plus ou moins crédibles à ses boxeurs, tout en maximisant leurs bourses. Ne crains-tu pas de subir les mêmes critiques qu’Adonis Stevenson en ce qui concerne ce type d’adversaire que tu feras face depuis ta signature avec Haymon?

AB : Il est vrai que Johnson ne détient pas la même réputation que Campillo ou certains de mes autres adversaires. Mais il est plus solide que l’on peut imaginer. Je ne prends rien pour acquis. De toute façon, Je dois patienter pour Kovalev. La tension entre Kathy Duva et mon nouveau manager est trop vive pour commencer mes démarches en vue d’un combat pour le titre. J’avance dans ce sens, pas à la vitesse souhaité cependant. Si l’on regarde cette situation positivement, cela me laisse le temps nécessaire pour penser à une multitude de scénarios pour torturer Sergey. Je sais comment lui faire mal, je l’ai prouvé par le passé et je le referais une fois de plus.

JEJ : Yvon Michel a aussi mentionné la première semaine d’octobre pour ton prochain combat à Montréal. Est-ce que Ngumbu reste toujours dans les plans?

AB : Je n’ai pas de problème à le défier, mais je ne pense pas que ce sera mon adversaire.

JEJ : Une idée sur l’identité de ton rival pour cet automne?

AB : Pas pour le moment. Nous devons attendre le résultat de vendredi avant de s’avancer.