Françis Lafrenière- un homme du peuple

Françis Lafrenière

Françis Lafrenière

Entrevue avec Françis Lafrenière

Par Jeff Emond Jeffrey

C’est en janvier dernier que Renan St-Juste et Françis Lafrenière ( 11-5-2, 6 ko’s )éblouissaient le monde de la boxe. En effet, leur affrontement reste à ce jour nominé pour le combat de l’année. Depuis, Françis Lafrenière se lance à la poursuite de nul autre que le vraisemblablement invincible Gennady Golovkin. Pour le ‘’Cinderella man’’Québéçois, rien n’est impossible. Tout d’abord il affrontera Attila Koros ( 9-4-1, 7 ko’s)

The Main Fight eut l’opportunité de s’entretenir avec le champion du peuple en vue de son prochain combat à la Tohue de Montréal, son implication pour Leucan et ses futurs projets.

Jeff Emond Jeffrey : Comment se déroule ta préparation pour ton prochain combat ?

Françis Lafrenière : Super bien ! Ça fait trois semaines qu’on complète des sessions de sparring de douze à treize rounds avec plusieurs partenaires. Je suis prêt pour ce combat.

JEJ : Quelles sont tes impressions sur ton combat contre Renan St-Juste, encore à ce jour en liste pour l’affrontement de l’année.

FL :
J’en suis très content, mais la saison est encore jeune. Toutefois, je suis confiant qu,on peut le remporter, car on le mérite moi et Renan. Deux gars d’ici qui se donnent toute une guerre, ce serait magnifique. Nous avons tout donné ce soir là.

JEJ : À première vue, les gens ne sont pas impressionnés par ta fiche chez les professionnels. Cependant, tu as remporté tes huit derniers combats et celui face à St-Juste à également apporté à un autre niveau. Serais-tu d’accord qu’on te surnomme le ‘’Cinderella Man’’ du Québec ?

FL : Je suis heureux que les fans me considèrent comme un champion du peuple. Défaite ou victoire, je donne le maximum de moi-même. Je crois que c’est cela qui inspire.

JEJ : Comment à évolué ta carrière sans le soutien de grande machine de promotion comme Interbox, GYM ou Eye of the Tiger Management ?

FL : Ce n’est toujours facile, avec des combats de dernières minutes contre des boxeurs invaincus ou encore protégés. Je n’ai pas de promoteur, n’y de manager, mais j’ai toujours pu compter sur les frères Grant et tout ça à fait de moi un homme plus fort et mature. Beaucoup auraient abandonnés, mais je refuse de penser de cette façon.

JEJ : Comment a débuté ton intérêt pour la boxe ?

FL : J’ai complété 76 combats chez les amateurs. Dû à certaines décisions douteuses à mon endroit, j’ai décidé de passer chez les pros. Je suis persévérant et j’ai eu la chance de monter sur le ring en sparring contre de remarquables athlètes comme George St-Pierre, Patrick Côté, Rory McDonald, Olivier Lontchi, Walid Smichet, Adonis Stevenson, Sébastien Demers, David Lemieux, Librado Andrade et plusieurs autres. Ensuite, la promotion à débuté avec les frères Grant.
JEJ : Comment fais-tu pour soutenir financièrement ta carrière ?

FL : Avec mon club de boxe à St-Clet. Je m’entraîne 9 à 11 fois par semaine et je complète mon sparring chez les frères Grant. La bourse du combat avec Renan m’a aidé.

JEJ : On te voit très impliqué pour les jeunes et Leucan qui soutient les enfants atteint du cancer et leur famille. Peux-tu nous en dire d’avantage ?

FL : On m’a approché au départ avec des enfants souffrant d’handicapes et j’ai adoré les encourager et aider en les entrainants à mon gym et ils ont aimés l’expérience. Suite à cela, d’autres sont venus me voir, des jeunes en difficultés à l’école par exemple. Les gens de Leucan m’ont approché pour être leur porte-parole de la Montérégie. J’ai accepté avec plaisir, mais j’ai rapidement réalisé que je connais des gens atteint du cancer et j’ai deux enfants. La raison d’être de Leucan est d’aider les plus jeunes. Depuis que je suis père, je suis plus conscient de soutenir ceux qui en ont de besoin. L’amour que j’ai pour mes enfants est indescriptible, je suis prêt à tout pour eux. Donc, j’ai décidé de m’impliquer à fond.

Bien entendu, je me suis rasé la tête pour démontrer mon soutient. Pas facile quand tu as le même coupe de cheveux depuis onze ans. J’ai vu que Sébastien Bouchard a fait de même. Ça prouve que les boxeurs ne sont pas des mauvaises personnes, malgré la dureté de notre profession.

JEJ : Certaines rumeurs circulent sur la possibilité d’un second affrontement avec Renan St-Juste. Est-ce que ces rumeurs sont fondées ?

FL : J’ai entendu des histoires en ce qui concerne le gala du Beach Club cet été. Mais ce sera une carte amateur qui sera présentée et Renan amène quelques boxeurs sur les lieux. Mon équipe sera opposée à celle de Renan. Je suis ouvert à un rematch, mais en ce moment ce ne sont que des rumeurs.

JEJ : Quels sont tes plans suite à une victoire contre Koros ?

FL : Je veux me rapprocher de Gennady Golovkin, le champion en titre d’ici 3 à 4 combats. Personne ne veut le défier, moi je n’ai pas de problème avec ça et je crois en mes chances.