« Bute peut l’emporter, mais…» – Éric Lucas

gala de boxe - Ramon Pedro Moyano VS ƒric Lucas

gala de boxe – Ramon Pedro Moyano VS ƒric Lucas

Entrevue avec Éric Lucas

Par Jeff Emond Jeffrey

De toute évidence, les gens se sont ennuyés d’un des acteurs principaux du succès que connaît la boxe au Québec de nos jours. C’est en 2001 que Éric Lucas est devenu champion, suite à la disgrâce de Davey Hilton Jr. Il était loin de se douter qu’il remporterait le titre de la WBC des super-moyens de boxe. Cela allait créer une onde de choc inspirante pour toute une génération de pugilistes.

Des talents comme Jean Pascal, Lucian Bute, David Lemieux, Adonis Stevenson, Kevin Bizier et bien d’autres ont pu croire que devenir champion et faire partie de l’élite mondiale était réalisable. Le Québec brille comme jamais dans l’univers de la boxe, en grande partie dû au succès, au courage et l’humilité d’un grand homme, Éric Lucas.

The Main Fight eut l’opportunité de s’entretenir avec un homme fier, simple et sympathique à la fois. Éric nous parle de son retour dans la famille d’Interbox, ses projets futurs et les chances de Lucian Bute face à James DeGale.

Jeff Emond Jeffrey : Bonjour Éric. C’est un honneur de vous parler.

Éric Lucas : L’honneur est pour moi.

JEJ : Vous êtes récemment revenu au sein de la famille d’Interbox. Que pouvez-vous nous dire sur cette aventure?

EL : Ce fut une période difficile pendant quelques années, mais je suis content que ça se termine bien. Interbox est réellement ma famille. Moi et Jean Bédard avons réglé nos différends et nous sommes prêts à travailler sur de nouveaux projets. Ça ne s’est pas fait du jour au lendemain, mais avec le temps, par de petites conversations à des plus grandes.

JEJ :
Les gens se sont beaucoup ennuyés de vous depuis votre départ. Quelles sont vos impressions?

EL : Je suis vraiment touché, ça fait chaud au coeur. La boxe et les fans me manquaient. C’est pour cette raison que j’ai appelé Jean pour régler nos différends, afin que je puisse être impliqué à nouveau au sein de la famille d’Interbox.

JEJ :
Quelle sera votre fonction chez Interbox?

EL : Essentiellement, je vais aider à la promotion des événements entourant la boxe, comme le prochain combat de Jean Pascal par exemple, répondre aux questions des journalistes, partager mes connaissances et mon expérience dans le ring comme en dehors et beaucoup d’autres choses. Je serai porte-parole pour la brasserie sportive de la Cage aux Sports.

JEJ : Nous savons que tes connaissances entourant le noble art sont effectivement très étendues. Comment est survenue l’aventure à la radio pour le 91,9 FM ?

EL : Par l’entremise de mon agent Jean-Pierre Cléroux. Il s’occupe également des Grandes Gueules. Je lui ai parlé que la radio m’intéressait. Yvon Michel et Jean Bédard m’ont un peu aidé dans mes démarches. En retournant à la boxe, je voulais absolument un rôle plus large que porte-parole. Je voulais partager mes connaissances et commenter sur ce merveilleux sport. Le coaching m’intéresse également, j’en ai d’ailleurs parlé à Stéphane Larouche cette semaine.

JEJ : Depuis la conquête de votre titre en 2001, vous avez inspiré plusieurs jeunes pugilistes en la possibilité de devenir des boxeurs d’impacts sur la scène internationale. Seriez-vous d’accord d’affirmer que vous et Stéphane Ouellet êtes en grande partie responsables des succès que connaissent la boxe aujourd’hui?

EL : Je ne suis pas certain que je le dirais de cette façon, mais je suis vraiment content d’avoir contribué à l’expansion de la boxe au Québec. Je tiens seulement à dire que je ne suis pas le seul responsable des merveilleux moments que nous avons la chance d’assister depuis quelques années. Tant mieux si j’ai pu donner un coup de pouce à des athlètes comme Lucian Bute, Jean Pascal, par exemple. Je regarde Yvon Michel, Jean Bédard et autres travailler très fort pour la santé de notre boxe. Je suis fier de nos boxeurs.

JEJ : Savez-vous à quel point les fans vous apprécient énormément pour votre humilité ?

EL : Je suis une personne simple. J’exprime ma pensée et j’agis de manière responsable. Je n’ai jamais cherché à jouer un rôle, je reste moi-même. C’était vraiment important pour moi et pour l’émission hebdomadaire à la radio que je dise ce que je pense sans donner de show.

JEJ : Vous avez remporté le titre de la WBC des super-moyens en juillet 2001 contre Glenn Catley. Ce dernier vous avait pourtant arrêté au douzième assaut en 1999. À quel point est-ce difficile de revenir sur le ring face à une personne qui vous avait déjà vaincu par arrêt de l’arbitre?

EL : C’était facile de me motiver à affronter Catley à nouveau, car j’avais une main fracturée lors de notre premier duel. J’admets, sans la moindre réserve, que Glenn m’a ébranlé solidement et que la décision de l’arbitre était justifiée. Cependant, ce fut un combat chaudement disputé jusqu’à la fin et je réalisais que si mon état physique était à 100% de ses capacités, j’aurais obtenu la victoire. Voilà la raison pour laquelle ma confiance fut à son maximum au moment de notre second affrontement. De plus, je tenais à faire mieux que Catley en lui passant le KO avant le douzième round. Nous avions vraiment travaillé pour aller chercher une victoire par KO lors de ma préparation pour mon match de titre. Catley avait une faille lorsqu’il descendait sa main gauche un peu trop basse suite à un jab. Il s’agissait d’exploiter cette faiblesse.

JEJ : Selon vous, est-ce la meilleure performance de votre carrière?

EL : Je crois que oui. Je suis grandement satisfait de mes duels contre Omar Sheika et Dingaan Thobela. Ce dernier avait donné tout un combat contre Davey Hilton Jr, quelques mois auparavant.

JEJ : Lucian Bute affrontera le champion de l’IBF des super-moyens, James DeGale. Croyez-vous que Lucian aura la chance de reconquérir son titre?

EL : Tout dépend du niveau de confiance de Lucian. C’est une bonne chose qu’il soit entraîné par Howard Grand qui privilégie l’agressivité dans le ring. J’espère que Bute laissera ses mains aller, car un moment d’hésitation pourrait lui coûter cher, surtout contre un boxeur comme DeGale. Le champion actuel possède l’habilité de combattre gaucher comme droitier, même s’il est plus aisé pour lui de performer en ”southpaw”comme on dit dans le milieu. Sans oublier qu’un gaucher déteste en affronter un autre. Cette situation arrive rarement. Bute peut l’emporter, mais ce ne sera pas facile.