Alvarez passe le KO à Bute!

Lucian Bute et Eleider Alvarez

Par Jeff Emond Jeffrey

La dernière année ne fut pas de tout repos pour Lucian Bute (32-3-1, 25 ko’s). Souvent sous les feux de la rampes pour les mauvaises raisons, Bute avait certainement besoin d’une victoire significative pour espérer redevenir champion. Bénéficiant de certaines chances plus ou moins méritées dans ses deux derniers combats de championnats, l’ancien champion de l’IBF des Super-Moyens réalisa rapidement l’importance de l’enjeu, affronter Adonis Stevenson et retrouver sa place en tant que l’enfant chéri de la province.

Il en est de même pour Eleider Alvarez (21-0-0, 10 ko’s), qui n’a jamais réellement impressionné dans ses victoires contre Isidro Prieto, Isaac Chilemba et Nobert Dabrowski. Depuis son importante blessure au coude droit, Storm Alvarez avait besoin de tomber sur Bute comme une tempête, sinon la division des Mi-lourds pourrait bien le considérer comme un suspect plus qu’un prospect.

Dès le commencement du duel, Bute montra des signes d’un boxeur qui ne vent en rien se faire frapper en envoyant qu’un seul coup à la fois. Du côté d’Alvarez, sa main arrière droite atteint sa cible avec répétition.

Durant le quatrième assaut, Bute lança finalement en combinaison et remporte son premier round.

Cependant, Alvarez ne s’éloigna pas de son plan de match et arriva à atteindre Bute avec une cinglante main droite durant la cinquième reprise. Lucian chute durement et ne put récupérer. ‘’Storm’’Alvarez l’emporte par KO à 2 :22 secondes de ce round fatal.

Christian Mbilli vs Jesus Olivares

Chez les poids Super-Moyens, le nouveau venu Christian Mbilli (1-0-0, 1 ko) poursuivait le lancement de sa jeune carrière en se mesurant à Jesus Olivares (5-3-0, 3 ko’s). Démontrant une excellente coordination et vitesse concernant son transfert de poids pour appuyer ses assauts, Mbilli se montre trop insistant pour son rival qui s’incline à 0:34 secondes de la troisième reprise.

Dario Bradicean vs Alejandro Torres

Chez les Super-Moyens, le gaucher Dario Bradicean (11-0-0, 3 ko’s) défiait Alejandro Torres (9-1-2, 4 ko’s) en combat d’ouverture. Bredicean remporta facilement le combat sans équivoque. Cependant, il se compliqua la vie en gardant sa main droite au niveau de sa taille après chaque assaut. Bredicean cherchait à sortir de son style habituel afin d’impressionner la foule. Il arriva tout même à envoyer son adversaire au tapis au quatrième assaut et se mérite une victoire par décision unanime de 79-72, 80-71 et 80-71.

Sébastien Bouchard vs Gustavo Garibay

Dans la division des Super Mi-moyens, Sébastien Bouchard (14-1-0, 5 ko’s) fut accueilli chaudement par une légion de partisans venu l’appuyer. Encore une fois, Bouchard n’a pas déçu. Il domina l’affrontement contre Gustavo Garibay (13-7-2, 5 ko’s) en étant soutenu par son jab et de bonnes mains arrière.
Bouchard l’emporte sans difficulté sur Garibay par une décision unanime de 77-75, 78-74 et 79-73.

Éric Marte Bahoeli vs Adam Braidwood

Dans la division reine de la boxe, ‘’The Hammer’’ Éric Martel Bahoeli (11-6-1, 7 ko’s) échangea coups pour coups avec joueur de football des Eskimos d’Edmonton, Adam’’The Boogeyman’’ Braidwood (6-1-0, 5 ko’s).

Martel débuta l’affrontement avec prudence, jugeant la puissance de son rival trop importante pour lancer ses coups de puissance. Braidwood domina le centre du ring et ses mains droites firent réfléchir Martel qui hésita à se porter à l’attaque.
Fin inusité au quatrième round, Braidwood a le meilleur des échanges. Il arriva à ébranlé sérieusement Martel dans les dernières secondes. L’arbitre se mit entre les deux cogneurs, beaucoup s’attendaient à ce le duel soit arrêté, mais on déclara seulement une chute.

Braidwood fut sans pitié au cinquième, alors qu’il brutalise et envoie au tapis Martel à deux reprises.

Le Boogeyman l’emporte par KO à 2:01 secondes du round ultime.

Françis Lafrenière vs Uriel Gonzalez

Pour les championnats NABO et IBF International, le champion du peuple Françis Lafrenière (14-5-2, 8 ko’s) affrontait Uriel ‘’Big Bang’’ Gonzalez (15-1-1, 11 ko’s), un cogneur titanesque de Ciudad-Juarez, Mexique.

Nullement intimidé par la force de frappe de son rival, Lafrenière fonça littéralement sur Gonzalez pour l’attaquer au corps. Normalement, il n’est pas indiqué de suivre un cogneur de puissance dans le ring, mais rarement le Québec a été témoin d’un boxeur autant courageux que Françis.

Toutefois, au fil du combat, Gonzalez trouva la cible de plus en plus régulièrement, repoussant la pression émise par Lafrenière tôt en combat. À partir de la quatrième reprise, Gonzalez remporta la majorité des échanges. Françis aurait dû rétablir son jab envers ‘’Big Bang’’ afin de reprendre le contrôle du combat, mais ce n’est malheureusement pas son habitude.

À la grande surprise des gens au Centre Vidéotron Lafrenière l’emporte par décision partagée de 98-92, 96-94 et 95-96. Le score de 98-92 n’était aucunement objectif et ne reflète pas la réalité du duel. Gonzalez fut le véritable gagnant.